Carnets 371

Journal de Kafka : en une quinzaine de lignes, la liste de toutes les erreurs commises lors de son voyage en Allemagne en juin 1914 (pris le mauvais tramway, arrivé trop tard à l’auberge, Felice avait déjà appelé, etc.) et aussi bref et fragmentaire soit-il, ce récit de voyage gagne en réalité et en authenticité.

Ce matin, en le voyant et surtout en l’entendant gueuler sur le toit comme à son habitude, j’ai pensé : « Connard de martin triste » – un signe que j’ai inconsciemment intégré cet oiseau à la communauté humaine.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :