Carnets 374

Albert Camus à Lourmarin : passait du temps chez le forgeron César à l’écouter raconter ses histoires au rythme des coups de marteau tout autour d’eux.

Dans le voisinage de l’ami René Char et de ses Transparents.

Le temps où l’individu racontait ses propres histoires est passé. Il a été remplacé par l’époque des récits industriels où l’individu ne joue plus qu’un rôle secondaire : celui du personnage ou du figurant.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :