Carnets 376

Jambes blanches tatouées : l’une complètement, l’autre inachevée – comme elles bougent tout le temps, on ne voit que quelques formes végétales vagues et fluctuantes, et quand elles se tournent, sur une cuisse, un visage aux yeux qui vous fixent, mais juste un instant.

« … et les moineaux au bord de la mer comme des poissons volants » (PH) : image que je retrouve après quelques temps où j’ai voyagé en elle / à travers elle – qu’a-t-elle transformé en moi ?

Lignes tremblées pour dessiner les pétales fanés des fleurs jaunes du cytise – et soudain il me semble qu’ils retrouvent une forme – leur forme ?

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :