Carnets 379

Tu rouvres Hier en chemin de Peter Handke et tu tombes sur ces lignes : « Un rappel à l’ordre intérieur : le matin, cherche les oiseaux du regard ».

Deux camions blancs : montent sur la route en corniche – disparaissent dans la brume.

Regarder les choses autour de soi – les regarder ensuite en soi (par le langage).

As-tu déjà éprouvé le besoin de lire et relire un même livre ? Oui, à dix-sept ans, Fureur et mystère de René Char, et quelques années plus tard, les Fragments logologiques de Novalis.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :