Carnets 382

Le jour : ciel bleu-noir s’éclaircissant – odeur de végétation humide.

Livre que tu lis et relis : la vérité, c’est que tu ne veux surtout pas quitter le monde harmonieux que recèle ou révèle ce livre et aucun autre – alors tu t’installes à l’intérieur et tu commences une nouvelle vie.

Une femelle martin triste chantouille (tristement donc) sur le toit en béton.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :