Carnets 384

Le banyan dans le parc derrière la médiathèque. Personne ce dimanche matin – juste de temps en temps un homme seul, l’air perdu au milieu des arbres, cherchant son chemin. Un restaurant « La Case de l’oncle Tom » (!?) fermé – apparemment depuis longtemps. Deux jeunes passent et l’un d’eux s’arrête à un robinet pour s’asperger le visage. Le bruissement des feuillages et la beauté de leurs ombres sur le sol. Le banyan : toujours un monde mystérieux – d’anciennes lianes devenues troncs et racines – et leur mouvement, collées les unes aux autres, entrelacées – comme une danse figée.

Philippe Jaccottet : « Il semble qu’on recommence à voir, un arbre de nouveau semble la chose la plus incompréhensible. »

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :