Carnets 392

Sur le bord de la quatre-voies : queue dressée, tête haute, l’un blanc plus grand que l’autre au pelage brun, ils trottent sur l’asphalte juste à côté du flot des voitures, quittent la grande ville avec entrain – as-tu jamais vu des humains aussi fiers d’être libres ?

Les rideaux en épaisse toile sombre tirés, assis dans la pénombre de la petite pièce – plongé un long moment dans le fracas de la forte averse.

Dépourvue de tout sens supérieur (métaphysique, historique, sociologique, etc.) – une simple phrase dictée par l’oeil : « Au-dessus du mur en briques grises, les fruits de l’arbre à pain pendaient, un peu plus loin une plaque en tôle ondulée couverte de peintures et rouillée sur les bords servait de palissade ».

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :