Carnets 393

Le bureau : devenu une surface où je dépose des livres, des fleurs et des feuilles mises à sécher, des coquillages, des carnets, des crayons, des stylos, des feuilles de papier et quelques autres outils dont je ne me sers plus à cet endroit puisque je n’y écris plus, préférant écrire dehors, à l’air libre.

Assis non pas face à la montagne, mais de biais, comme si une partie de moi l’observait pendant qu’une autre écrivait.

L’oiseau bondit pour essayer d’attraper l’insecte ayant gravi le mur, le chat guette l’oiseau, j’observe le chat, etc.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Un avis sur “Carnets 393

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :