Carnets 397

Avant l’aube : pleine lune bien jaune au-dessus de la montagne – oiseaux plus discrets, comme tous ces derniers jours.

Le jour levé : lune devenue blanche avec des taches translucides comme si elle était traversée par le bleu du ciel.

La montagne vue depuis une rue de la ville : de longues traînées de végétation ocre sur son flanc, là où la roche s’affaisse.

Léger souffle de vent aux tempes – juste à côté, les feuilles des minuscules palmiers frémissent elles aussi.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :