Carnets 399

Inspire-toi des oiseaux ce matin : ils volent à tire-d’aile comme s’ils partaient à l’aventure, et pourtant ils ne vont qu’à l’autre bout du quartier.

Femmes qui viennent étendre du linge sur les terrasses de l’immeuble d’en face – gestes mécaniques accomplis en silence – toute leur vie parlée se passe ailleurs – la terrasse comme unique espace sans parole ?

Le pan de mur éclairé par le soleil du matin l’aveuglait comme une image inconnue.

Ecris comme si ton écriture pouvait coïncider avec le rêve de la journée.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :