Carnets 400

La grosse dame à la caisse du supermarché – si lente pour déposer ses achats, payer, etc. – si embarrassée avec ses deux sacs à porter – fragilité et lenteur de cette existence qu’on retrouve dehors dans une rue voisine, sous une autre forme : petite plante sauvage poussant dans la fissure d’un mur.

L’invisible : sa camionnette garée devant le restaurant – masque rabattu sur le menton – ordonne ses casiers en plastique rouges et verts sur la plateforme à l’arrière du véhicule – disparaît quand ils sont parfaitement ajustés les uns aux autres.

Lui, quand il passe, on entend un bruit de roulettes – comme celles d’une valise – mais le gros homme en tee-shirt rouge n’a qu’un panier sur les bras.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :