Carnets 403

Jaccottet à propos de la Lettre de Lord Chandos d’Hofmannsthal : « Au plus aigu de la crise, quelque chose subsiste », et il cite le texte : « Un arrosoir, une herse abandonnée dans les champs… peuvent devenir les réceptacles de ma révélation » – avant d’ajouter : « Cela éclaire la poésie moderne… L’accord unanime et durable est brisé, il reste des éclats, et, entre eux, un vide presque invivable qui menace de les engloutir. »

Le soleil se lève de l’autre côté du bâtiment, et pourtant tu déroules le store, comme si, même dehors, il te fallait un toit.

Il ne parvenait pas à voir les choses qui l’entouraient. La puissance du rêve était totalement éteinte en lui, aucune image ne se formait.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :