Carnets 411

Il s’est échappé du livre sur la « faune des Mascareignes » lu le matin et avance maintenant sur les rochers du rivage (noir sur noir) en déployant façon danseuse étoile ses pattes pointues comme des aiguilles.

Bernardin de Saint-Pierre : « Les bords de mer sont criblés de trous où logent quantité de tourlouroux. Ce sont des cancers amphibies, qui se creusent des souterrains comme la taupe. Ils courent fort vite, et quand on veut les prendre, ils font sonner leurs tenailles dont ils présentent les pointes. Ils ne sont d’aucune utilité. »

(« D’aucune utilité » : « Cardisoma carnifex » n’est pas comestible. Sa chair est réputée avoir un goût d’excrément », est-il écrit dans le livre animalier.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :