Carnets 412

Sur le bitume, une chenille brune se tord dans tous les sens. Du bout du pied, je la pousse hors du passage pour qu’elle puisse poursuivre sa métamorphose sans risquer de se faire écraser, un peu jaloux.

L’enfant A lit l’abécédaire de la nature qu’il a composé : « H comme hiver que je ne connais pas. »

Aux questions trop générales, Handke répond souvent par un récit limité dans le temps et dans l’espace. Par exemple : « Pourquoi allez-vous à l’église ? » – « Avant-hier, je faisais un tour à vélo, il pleuvait, j’ai voulu entrer dans une église pour m’abriter mais elle était fermée. »

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :