Carnets 415

Dans le champ de canne à côté : terre retournée, feuilles gisant sur le sol, groupes d’hommes qui les ramassent et font des ballots avec – tout, dans leurs gestes et leur voix, semble indiquer qu’ils sont heureux de travailler ensemble, qu’une bonne entente règne entre eux. De ce côté-ci, derrière le grillage, des hommes seuls et silencieux vont et viennent, les mains et le coeur vides.

Goethe à Naples, 1er mars 1787 : « Sous le ciel le plus pur, la terre la plus instable. »

Le bruit du vent sur les plaines rocheuses de Mars.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :