Carnets 428

Caliban dans La Tempête : « Sois sans crainte : cette île est pleine de rumeurs, / De bruits, d’airs mélodieux qui charment sans nuire. / Tantôt ce sont mille instruments qui vibrent, / Qui bourdonnent à mes oreilles. Tantôt des voix, / Alors même que je m’éveille d’un long somme, / M’endorment à nouveau pour me montrer en songe / Dans les nuées qui s’entrebâillent, des trésors / Prêts à m’échoir, tant et si bien qu’à mon réveil / Je supplie de rêver encore. » (traduction de Pierre Leyris)

24 h sur 24 : la musique drone des congélateurs du supermarché (en plus de la sensation de fraîcheur qu’ils procurent, 35 degrés dehors).

Au milieu de la nuit : réveillé par le rêve de la pluie.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :