Carnets 429

Ces mots de Jaccottet, entre parenthèses : « (Une feuille vue de près : on constate que le jaune est un pâlissement, une décoloration du vert, qui subsiste encore à l’attache du pédoncule. Le vert se retire, fuit comme un eau, et le fond jaune envahit la surface.) »

Ici : souvent le sentiment que le jaune hante le vert à chaque point de la vie végétale, et qu’invisible il suffit d’un rayon de soleil pour le faire surgir au milieu du feuillage, l’illuminant violemment.

Les yeux tournés vers le ciel : « Montre-moi ton visage, salangane ! »

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :