Carnets 431

J’écoute un entretien radiophonique avec Peter Handke. La journaliste l’interroge sur sa capacité à s’émouvoir de ce qu’il voit autour de lui, un bourdon, un bourgeon, un paysage. Handke lui répond : « C’est pas seulement la nature, c’est pas  un bourdon, c’est pas ça, ce sont toutes des histoires d’êtres humains, profondément. Si je raconte la nature, c’est toujours une histoire de triangle. On dit maintenant: il y a deux hommes et une femme c’est un triangle, mais là chez moi c’est la nature, c’est moi et l’autre, c’est ça une histoire de triangle. »

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :