Carnets 435

Journal de Kafka : « Je ne peux pas dormir. Que des rêves pas de sommeil. » (été 1913) En traduisant, je me souviens de cet autre passage du Journal à propos d’une nuit d’insomnie entrecoupée par des moments de demi-sommeil : « Je dors, certes, mais en même temps des rêves violents me tiennent éveillé. Je dors littéralement à côté de moi, tandis que je dois me battre avec des rêves. » Et plus loin : « Quand je me réveille tous les rêves sont rassemblés autour de moi, mais je me garde bien de les examiner en profondeur. » (2 octobre 1911)

Peter Handke, Le Poids du monde : « En lisant Kafka, je me rends compte que ses plaintes et ses auto-accusations ne m’intéressent plus – que seules ses descriptions m’intéressent encore. »

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :