Carnets 446

Le monde hirsute, un peu extravagant des feuilles des bananiers découpées en bandes serrées que le vent agite et désarticule – une impression de fraîcheur quand les autres plantes et arbres conservent, face aux assauts du vent, une espèce de gravité, de « tenue ».

Végétation sur la montagne : pas des formes à proprement parler, mais des hachures aux verts variés plus ou moins grandes, plus ou moins épaisses – un chaos de lignes, de couleurs – une multiplicité de traits anarchiques, composant déjà un tableau.

Devant la montagne, les formes claires et géométriques du bâtiment voisin et de celui d’en face évoquent un univers organisé – et c’est ce même univers qui abrite l’agitation humaine.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Un avis sur « Carnets 446 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :