Carnets 456

« On n’est pas dans une adhésion au monde », déclare Antoine Emaz pour caractériser sa poésie. Mais est-ce qu’il s’agit d’adhérer – de « prendre le parti du monde » – comme si l’expérience poétique pouvait être la résultante d’un parti pris quasi idéologique précédant l’écriture elle-même ? (ce qu’elle est, il est vrai, chez beaucoup de poètes modernes ou contemporains). Et ce besoin toujours de gloser sur son propre travail : « Je suis un écrivain de l’empêchement ». Ce qui est essentiel chez Emaz, au-delà de ses idées sur la (sa) poésie, c’est le rythme qui se déploie sur la page et page après page – et ce rythme dit une expérience du monde.

Jaccottet : « Dans le jour hérissé d’oiseaux ».

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :