Carnets 458

Apparition des salanganes attendues tous ces derniers jours. Lent vol planant de la tourterelle – on dirait qu’elle s’efforce de voler encore un peu plus lentement.

Pendue en haut du palmier : une silhouette en tunique brune se balance dans la lumière du petit jour – la gaine de l’arbre ne tient plus qu’à quelques fibres et se met à tournoyer quand le vent souffle.

Accrochée à la rambarde rouillée face à l’océan : une toile d’araignée aux fils si fins qu’on la voit à peine, puis ce sont plusieurs alignées qui finissent par apparaître, toutes bombées par le vent – pièges aussi éphémères que des mots reliés les uns aux autres.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :