Carnets 459

Dans plusieurs films récents, c’est un personnage maléfique qui tient toute l’histoire – comme dans le monde dit réel.

Recouché après l’aube – dormi deux heures pleines de rêves clairs et colorés – comme traversés par la lumière du jour.

Autre nom pour le Diable: le Malin. Combien de « malins » vont par les rues ? (en pensant aux films des frères Coen).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :