Carnets 341

L’ombre du nuage qui glissait lentement sur le flanc de la montagne lui parla en silence et il répondit par un regard. Arrivée au sommet, elle disparut dans un massif d’arbres sombres et l’échange devint plus secret. (au pays du conte) Morvan, Larzac, Tübingen : les territoires perdus de la lenteur (les retrouver par l’écriture).Lire la suite « Carnets 341 »

Carnets 340

Minuscules fleurs rondes rose foncé – pas plus de trois au milieu de l’immense pelouse. Grosse araignée morte aux pattes recroquevillées sous le portail métallique. Deux papillons jaune clair se poursuivant entre les voitures arrêtées à un feu rouge. Tôt le matin, chants stridents d’une colonie d’oiseaux installée dans des filaos alignés au bord duLire la suite « Carnets 340 »

Carnets 337

Reconnaissance à tout ce qui me ralentit – à tout ce qui fait naître des perceptions puis des images – reconnaissance à la montagne, au ciel, aux nuages qui me ralentissent, reconnaissance aux oiseaux dont les vols parfois fulgurants me ralentissent aussi, faisant s’évanouir en moi toutes les images artificielles et envahissantes, reconnaissance aux guêpesLire la suite « Carnets 337 »

Carnets 333

Carnet du Larzac Lundi 16 mars 1992 : rencontre des permanents, volontaires, stagiaires du CUN + tour du centre. Repas à 18 h 30. Film vidéo le soir : Danse avec les loups. J’écris quelques lettres. Conversation avec Hervé. Mardi 17 mars 1992 : lever 8 h. Petit-déjeuner. Marche jusqu’aux Baumes. Exposé de Thierry (permanent)Lire la suite « Carnets 333 »