Carnets 464

« Le milieu doré de Hölderlin » (Philippe Jaccottet) : « Cette expression apparaît notamment dans un passage d’Hypérion associé à « la joie, la tranquillité de la vie, un calme divin, une joie céleste, merveilleuse, insondable », joie que seul peut exprimer le chant de Diotime, suspendu dans le juste milieu (in goldener Mitte), entre la profondeur et laLire la suite « Carnets 464 »

Carnets 460

Traversée du Jardin de l’Etat. Le tronc de l’eucalyptus couvert d’une résine à la fois sombre et brillante. Le muséum d’histoire naturelle aux volets clos. Les deux baobabs : l’un à l’intérieur du parc, l’autre en face du commissariat. Petite rue qui descend en face. Autrefois, il n’y avait sans doute que des cases créolesLire la suite « Carnets 460 »

Carnets 456

« On n’est pas dans une adhésion au monde », déclare Antoine Emaz pour caractériser sa poésie. Mais est-ce qu’il s’agit d’adhérer – de « prendre le parti du monde » – comme si l’expérience poétique pouvait être la résultante d’un parti pris quasi idéologique précédant l’écriture elle-même ? (ce qu’elle est, il est vrai, chez beaucoup de poètesLire la suite « Carnets 456 »