Carnets 449

Les seuls auteurs nihilistes qui ne soient pas mortifères : ceux qui savent manier l’humour (Bernhard, Céline, Cioran, …) ? Langage des médias et du pouvoir : « pédagogie »est devenu synonyme de « communication », mot qui est lui-même synonyme de « propagande ». « Tu as déjà touché une feuille de bananier ? » – « Quelle douceur ! » Celui qui estLire la suite « Carnets 449 »

Carnets 447

Lueurs tremblantes des phares des voitures progressant sur la route en corniche – on dirait qu’elles avancent dans une galerie souterraine creusée à travers la montagne – activité intérieure apparaissant naturellement à l’oeil nocturne encore un peu endormi… Avant l’aube : la lumière allumée dans la cuisine de l’appartement voisin – l’homme qui démonte lesLire la suite « Carnets 447 »

Carnets 445

La Semaison (1954-67) : lecture commencée il y a exactement un an, au moment du « confinement » – j’arrive au bout de ces pages lues très lentement. Il y a plusieurs années de cela, à Tübingen, j’ai lu Paysages avec figures absentes, puis Et néanmoins. Des années plus tôt encore, étudiant, c’était les poèmes de L’Ignorant.Lire la suite « Carnets 445 »

Carnets 444

Installation d’une nouvelle palissade en bambous sur la terrasse, l’ancienne s’affaissait et partait en morceaux – le vent est si puissant ici. MJ : premières lettres qu’il copie en les alignant, l’air heureux – émotion partagée. Envie de garder la feuille comme le bien le plus précieux. Peter Handke : « La connaissance de l’absurdité n’estLire la suite « Carnets 444 »