Carnets 293

Philippe Jaccottet, La Semaison : « … la merveille étant le volettement des feuilles de rosier contre les pierres vieilles et chaudes, ces feuilles à peine plus lourdes que leur ombre, et d’elle à peine distinctes, pareilles à une animation perpétuelle contre la tranquillité ancienne du mur, à un entretien à mi-voix ». Toujours Jaccottet – àLire la suite « Carnets 293 »

Carnets 288

La caisse du supermarché : ce lieu où tu as conscience, plus qu’ailleurs, de ton existence fantomatique. L’homme au cigarillo : porte une barbe postiche bleue (après vérification : son masque sur le menton). Il ne faut pas écarter l’hypothèse que le monde soit un jour dirigé par des vieillards centenaires plongés dans le coma.Lire la suite « Carnets 288 »

Carnets 284

Des bouts de conversation continuaient à résonner en lui, parfois à cause d’un simple mot, comme ce « lebensmüde » qu’avait prononcé Ahmed l’Algérien un soir où il l’avait retrouvé par hasard dans ce café de Tübingen, juste devant l’entrée de la petite salle de cinéma à côté : « Ich bin müde… ich bin lebensmüde » (« Je suisLire la suite « Carnets 284 »