Carnets 176

En lisant une lettre de Goethe à Lavater du 4 octobre 1782, difficile de ne pas penser à Kafka. Il y critique « les inconvénients inévitables attachés à l’introspection et à la pratique du journal ou de la confession écrite parce que l’un et l’autre en effet interviennent dans les états d’abaissement et de dépression plutôtLire la suite « Carnets 176 »

Carnets 174

Les minuscules terrains vagues au milieu d’un quartier où l’on construit de nouveaux bâtiments à côté d’anciennes habitations dont certaines seront bientôt rasées – terrains vagues souvent remplis de végétation, semblant frappés par une malédiction car les enfants n’y jouent pas et ils sont toujours déserts – la malédiction : les moustiques. En toi, laLire la suite « Carnets 174 »

Carnets 173

Parking derrière l’étang encerclé de grands bambous, au fond un camion-bar jaune avec quelques tables et chaises en plastique également jaunes – deux-trois personnes assises, dont un garçon tout seul à une table à l’ombre. Hier R. était habillée en jaune – pantalon et pull – excepté les chaussures quand même. Et là, toujours surLire la suite « Carnets 173 »

Carnets 168

« Apparut un énorme cafard de l’espèce Gregor Samsa, brillant, nombreuses pattes, courbé, court palabre avec lui. » (PH, Hier en chemin) Certaines lectures sont des tempêtes : le lendemain matin, la lumière est plus vive et l’air plus pur. (Fini hier soir Une voix dans la nuit de Yasushi Inoue.) Chaque oiseau partage le même territoireLire la suite « Carnets 168 »