Carnets 171

La fille de Yasushi Inoue, une cinquantaine d’années, peut-être plus, souriante, enjouée : évoque la silhouette de son père agenouillé à sa table de travail, toujours de dos, « il écrivait toute la journée, enfant je l’ai toujours vu écrire ». Le cahier d’écriture d’I (qui n’a jamais utilisé de machine à écrire) : chaque page estLire la suite « Carnets 171 »

Carnets 159

Grappes de fleurs roses sur une plante grimpante accrochée à un arbre : au milieu des pétales, des étamines au bout desquelles apparaissent de petites fleurs blanches (« poupées gigognes »). Feuilles de bananiers : dressées les unes face aux autres, se balançant rapidement d’avant en arrière sous l’effet du vent – comme dans la pièce KontakthofLire la suite « Carnets 159 »

Carnet d’hiver austral Laurent Margantin

Initialement publié sur La viduité :
Instantanés, réflexions sur la débilité du monde et ses aveuglements mais aussi  pensées fugaces, profondes, sur la littérature, la traduction, le régime d’écriture. Dans une prose sautillante, dont la légèreté révèle le long accaparement d’un ressassement nommé vie intérieure ou voix propre, Laurent Margantin nous décrit ici moins sa vie…

Carnets 121

L’hôpital à flanc de montagne : trône comme le Château de Kafka. Pendant le confinement, les hommes ont réappris à regarder et entendre la nature – enfermés chez eux, devant leurs écrans. Le Chinois désoeuvré : chez le marchand de journaux ce matin, parle de n’importe quoi avec chaque personne qu’il croise (il essaye mêmeLire la suite « Carnets 121 »

Carnets 69

Les chats surveillent l’homme à la bonbonne de gaz sur le toit d’en face. Le nuage absolument blanc émergeant derrière la montagne (en allant vers le quartier des Camélias, Saint Denis 15/02 – vue sur les Hauts). Case inhabitée de l’autre côté de la rue. Le voisin terrassier a retiré la vieille palissade métallique etLire la suite « Carnets 69 »